Canfranc

La ville de Canfranc, aujourd’hui le village, a une longue histoire car c’était un passage naturel des Pyrénées centrales. Son nom dérive de « Campus Francus » et au Moyen-Age fut un lieu oĂą étaient accueillis les pèlerins de Saint-Jacques quand ils dévalaient le « Summus Portus », actuel « Col du Somport », et entraient en Espagne. Ce passage est le reflet du « Codice Calixtino ». Le nom dérive de Campo Franco du fait que c’était une zone frontalière avec un péage payant. Elle possédait le droit de « Rota y Porta » qui consistait en une imposition qui par ordre du Roi pouvait être payée sur toutes les marchandises et cavaleries qui la traversaient. En échange de ce droit, les habitants de Canfranc étaient obligés de maintenir en bon état, le chemin de Jaca à la frontière, et praticable durant les époques hivernales.

Ce lieu fut célèbre pour la proclamation de la paix entre le roi Eduardo Ier d’Angleterre, ce qui entraĂ®na par la suite, des attaques entre l’Angleterre et la Navarre ce qui mit en ruines et détruisit Canfranc.

De son histoire plus récente, XIXe et XXe siècle, il existe de nombreux héritages, pas tous bien conservés. La construction du « Coll de Ladrones » date de la fin du XIXe siècle, dont la mission était de protéger le passage frontalier et la gare internationale, que l’on planifiait de construire. Cette importante défense se complétait avec les deux tourelles de fusillades, situées dans des lieux stratégiques, dont une seule fut conservée.

Au début du XXe siècle, naquit à Arañones, à 4 km de l’ancien bourg de Canfranc, l’actuel Canfranc- EstaciĂłn joint à la gare internationale et à l’entrée du tunnel. En 1944, un effrayant incendie eu lieu à Canfranc-Pueblo et pratiquement toutes les maisons furent détruites et les habitants durent se déplacer à Canfranc- EstaciĂłn. L’histoire de Canfranc est marquée par la fermeture de la ligne ferroviaire international en 1970 et par les efforts de sa population pour obtenir sa réouverture.

La reconstruction de la gare est déjà en route et les gouvernements français et espagnols se chargent d’étudier le projet de réouverture de la ligne internationale.

Gare Internationale ferroviaire.

gare de canfranc

Elle fut inaugurée le 18 juillet 1928 par le président de la République française, Gaston Doumergue et le roi Alfonse XIII. C’est un édifice moderniste, déclaré monument bien d’intérêt culturel par le gouvernement d’Aragon. Le trafic international a cessé en 1970 à cause d’un accident qui détruisit complètement le pont de « l’Estanguet ». Les dommages ne furent pas réparés comme il était prévu dans le traité international signé en 1904. Aujoud’hui cette gare est propriété de la Renfe. Il est prévu de la réhabiliter dans les prochaines années.

La tourelle des fusillades.

la tourelle des fusillades de canfranc

Fortification militaire datant de la fin du XIXe siècle, elle fut construite à l’aide d’une tourelle qui se trouvait à côté du tunnel du Somport pour se défendre d’une éventuelle attaque provenant du tunnel ferroviaire de Canfranc. C’est grâce, tout d’abord, aux voisins de Canfranc qui empêchèrent sa destruction et grâce, plus tard, au ministère des Travaux Public qui la réhabilita, qu’on peut, aujourd’hui, y visiter le centre d’information permanent du tunnel routier du Somport.

La forteresse du « Coll de Ladrones » Datant du XIXème siècle, elle fut construite avec les deux tourelles précédemment mentionnées, pour protéger le passage frontalier. Elle a toujours eu un caractère militaire et a été utilisée à ces fins jusqu’à seulement une dizaine d’années.

Elle est d’une grande valeur pour les habitants de Canfranc car depuis toujours elle fait partie de la vie du village.

A l’intérieur, 365 marches descendent vers une galerie secrète. L’imposante roche sur laquelle elle se trouve, visible depuis Canfranc, possède d’importantes parois d’escalades. Aujourd’hui c’est une propriété privée dont l’intérieur n’est pas accessible.

Monuments du village de Canfranc

Château de Canfranc d’origine médiévale

D’origine médiévale et de plan carré ce château fut aggrandi par Tiburcio Sapanochi en 1582, une partie nouvelle pour former un ensemble défensif appelé « castillo de Canfranc ». Le château avait un intérêt militaire, et maintenir l’ornement, se produit en 1740. L’ancienne tour fut conservée jusqu’en 1928, quand elle fut détruite pour la constuction de la route, sauvant la façade orientale du château, travail du XVIème siècle. Situé au nord du centre ville maintenu l’ornement coupé en mauvais état d’un corps d’armée. Ce mur oriental, l’ornement, est l’unique reste, qu’actuellement on peut trouver du Château.

La tour de Aznar PALACIN

Miraculeusement debout, en équilibre instable, restée au centre ville de Canfranc la moitié de la tour médiévale est d’un énorme intérêt. C’est possible que la partie qu’il manque a succombé lors de la construction d’une avenue d’Aragon, dont la cause est proche.

Avec une totale confiance de sécurité a été traité de la tour fortifiée que le roi Pedro III a autorisé Aznar Palacin de terminer, le 21 février 1341. Cette date correspond avec les éléments artistiques que la tour a conservé, et particulièrement un arc visant la façade ouest. En définitive, on parle d’une tour forte dont on connaĂ®t la date de construction, c’est la circonstance qui revalorise chaque jour le monument, décent destin accordé avec son intérêt historique.

Pont des pélerins

Ce pont est emblématique d’origine médiévale que l’on rencontre le long de la Vallée, passage obligatoire pour les pèlerins qui depuis différents ponts d’Europe veulent arriver à Santiago à travers le Chemin de Saint Jacques. Eglise paroissiale «de la Asuncion » Edifice du XVIIème siècle que l’on voit actuellement en bon état de conservation et lequel on peut voir quatre retables baroques, les visites de l’église sont pendant les horaires des messes.

Eglise de la trinité

Ensemble monument de la trinité fondé au XVIème siècle par Don Blasco de Les pour attendre les pauvres et les pèlerins. Aujourd’hui nous pouvons apprécier les restes de l’église.

Contact : Office de Tourisme de Canfranc 00 34 974 37 31 41



mouton